Partager ses observations d’oiseaux tout au long de l’année

par Danielle Shaw

ebird

eBird

Si vous aimez observer les oiseaux, vous pourriez joindre l’utile à l’agréable en ajoutant les données recueillies lors de vos observations à celles de la base de données des oiseaux du monde entier, un projet initié en 2002 par Cornell Lab of Ornithology et la National Society Adubon sous le nom eBird.

Pour participer, il suffit d’installer l’application gratuite eBird qui est disponible pour les tablettes et ordiphones, sous iOS et sous Android. Notons que ces deux versions de l’application sont en fait une continuation de BirdLog, une application innovative d’abord créée par David Bell et BirdsInTheHand, LLC en 2012. En fait, c’est à Québec Oiseaux http://www.quebecoiseaux.org et Études d’oiseaux Canada http://www.bsc.eoc.org qu’on doit la version française de l’application.

Ceux qui font de l’observation d’oiseaux régulièrement devraient profiter d’eBird Mobile. L’application fonctionne en huit langues dont l’anglais et l’espagnol et elle renferme les noms communs des oiseaux dans plus de 20 langues. Lors de la première utilisation, on choisit la langue d’affichage des noms communs d’oiseaux parmi la vingtaine de possibilités ainsi que le mode métrique ou anglo-saxon pour noter la distance d’observation des spécimens. L’application s’installe par défaut dans la langue de l’appareil mobile utilisé. On apprécie beaucoup le fait de pouvoir se servir de l’application sans connexion Internet puis de ne transmettre les résultats de ses observations que plus tard, une fois branché.

Pour utiliser eBird, il faut d’abord se créer un compte d’utilisateur. Ensuite, c’est un jeu d’enfant d’entrer le lieu d’observation grâce aux fonctions de géolocalisation de sa tablette ou de son téléphone. Il suffit alors de cocher dans la liste d’espèces proposées, celles qu’on a pu observer en inscrivant le nombre exact d’individus ainsi que la distance approximative des sujets. Cela permet de tenir très facilement ses données d’observation à jour, de les compiler et de les partager avec des pairs en plus de permettre aux scientifiques de s’en servir pour élaborer des patrons de répartition et d’abondance des espèces.

La procédure est la même si l’on préfère se relier au site web eBird ebird.org, avec son ordinateur. Notons que le site eBird est aussi disponible dans plusieurs langues. La première fois, on doit d’abord se créer un compte d’utilisateur avant de saisir ses données d’observation. C’est facile. Il suffit d’en profiter.

Publié dans Application Android, Application iOS, Atout Micro Sites Web, Atout Micro Techno, iPad, iPhone, Techno Android | Laisser un commentaire

Confidentialité et accès distant sécurisé avec un VPN

par François Picard

La sécurité des données sur Internet devrait être le souci de tous. En plus de tous les logiciels de sécurité Internet, il existe un moyen bien simple et relativement peu coûteux de naviguer sur Internet incognito, avec ses données protégées de la plupart des regards indiscrets: les VPN. Ces réseaux privés virtuels (Virtual Private Networks) permettent de créer un tunnel sécurisé entre un ordinateur, une tablette ou un téléphone intelligent et un ordinateur distant ou encore entre un réseau privé local et un autre réseau privé distant.

Le réseau VPN permet de cacher l’identité des interlocuteurs et de crypter les données transmises. Cela peut être très utile pour communiquer avec un maximum de sécurité dans des accès Internet publics (McDo ou autre par exemple), pour sécuriser des informations transmises entre deux collègues de travail ou encore pour accéder au contenu de sites Web qui ne diffusent que pour un pays donné, ce qui est de plus en plus fréquent.

Même si on peut se servir de logiciels comme OpenVPN pour installer soi-même un réseau VPN, c’est beaucoup plus simple de s’abonner à un service VPN existant, avec des serveurs dans différents pays et un système de sécurité bien rodé. Il en existe un tas, mais les services proposés peuvent varier beaucoup de l’un à l’autre et leur prix aussi. Certains n’ont des serveurs que dans un seul pays, d’autres sont peu fiables, d’autres sont très coûteux. Il faut bien vérifier quels services on nous donnera pour l’abonnement choisi. Le protocole PPTP n’offre un cryptage qu’à 128 bits, mais assurant déjà un minimum de sécurité. Il est compatible avec la plupart des appareils, ordinateurs aussi bien que tablettes ou téléphones intelligents.

Le protocole L2TP est un peu plus sécuritaire avec un cryptage à 256 bits. Je l’utilise personnellement via le serveur VPN québécois d’EarthVPN dès que j’accède à Internet avec mon téléphone ou ma tablette hors de mon réseau local, pour accéder à ma banque aussi bien que pour récupérer mon courrier. Le protocole SSTP est le plus sûr avec un cryptage à 2048 bits, mais il ralentit un peu le débit de transmission des données. D’un autre côté, le protocole OpenVPN offre un cryptage à 2048 bits, mais il ne fonctionne que sur les ordinateurs sous Windows, Mac ou Linux où il nécessite l’utilisation d’un logiciel client.

Au cours des cinq dernières années, nous avons testé quelques services VPN qui nous semblaient intéressants, avec des serveurs dans plusieurs pays dont le Canada, les États-Unis et la France. Nous avons finalement conservé EarthVPN de Chypre à cause de son rapport qualité/capacité/prix le plus intéressant pour nous. Il est compatible Windows, Mac, iOS et Android. EarthVPN supporte les protocoles PPTP, L2TP, SSTP et OpenVPN. Son abonnement annuel revient à une quarantaine de dollars américains. Il est très simple à installer sur les appareils où l’on souhaite l’utiliser, sans besoin de logiciel supplémentaire. EarthVPN est bien sécurisé et sa bande passante est suffisante quand on s’en sert pour regarder des vidéos à distance, en France ou aux États-Unis, par exemple.

Quand on pense avoir trouvé le service VPN qui répond le mieux à ses besoins, il est préférable de ne s’y abonner que pour un mois si on ne nous l’a pas recommandé, d’un an autrement car c’est moins cher. Il vaut mieux payer par PayPal pour plus de sécurité. Il faut se méfier des services VPN supposément gratuits qui ne sont pas à la hauteur des attentes la plupart du temps, beaucoup trop lents ou même souvent arrêtés.

Publié dans Atout Micro Techno, Trucs Web, Web | 1 commentaire

Problèmes du service de téléphonie netTALK pour les Canadiens

par François Picard

En fin de semaine dernière, le 16 janvier pour être plus précis, les abonnés au service de téléphonie IP netTALK ont reçu un message de netTALK leur expliquant que leur numéro de téléphone ne fonctionnait plus, ce que nous avons pu vérifier, et qu’ils devraient choisir un nouveau numéro de téléphone si celui qu’on leur attribuerait d’office ne leur plaisait pas.

C’est très frustrant d’être traité de cette façon et, bien sûr, il n’y a pas de recours puis qu’il s’agit d’une firme américaine. Nous avons cru en ce service qui nous semblait dynamique et prometteur à ses débuts, mais il s’est avéré beaucoup moins fiable au fil des mois. Pour notre part, nous sommes passés au service téléphonique IP d’Ooma (voir texte sur le sujet), une autre firme américaine, depuis trois mois, et le service fonctionne bien, beaucoup mieux que celui de netTALK. Souhaitons que cela continue.

Finalement, le service netTALK a repris pour les Canadiens le vendredi 21 janvier et avec les mêmes numéros de téléphone qu’auparavant. C’est une bonne chose, mais la réputation de la compagnie en a probablement souffert un peu.

 

Publié dans Atout Micro Techno | Laisser un commentaire

Un Telo d’Ooma pour remplacer le téléphone traditionnel

par François Picard

OomaLe téléphone de Telus devenant trop cher pour le peu qu’on l’utilisait, j’ai testé différentes alternatives avant d’arriver à la plus économique offrant un rendement égal et supérieur. Pendant près de deux ans, j’ai utilisé le système de téléphonie IP de NetTALK (le NetTALK DUO) occasionnellement, en alternance avec le téléphone traditionnel et j’en étais satisfait. Je m’en servais surtout pour téléphoner, mais pas pour recevoir des appels. Dans ce cas, cela marchait relativement bien, mais dès que j’ai voulu m’en servir régulièrement, j’ai eu des problèmes de coupures de ligne, comme si une mémoire-tampon se remplissait et ne se vidait pas, finissant par bloquer la communication. Les techniciens de NetTALK n’ont pas été capables de régler complètement le problème et j’ai dû chercher une autre solution.

En fouillant dans les autres possibilités de téléphonie IP offertes au Canada, j’ai vu dans plusieurs magasins le boîtier Telo d’Ooma qui permet de remplacer son téléphone traditionnel par un service basé sur Internet, très peu coûteux si l’on ne choisit pas trop d’options. Le Telo est une interface, une sorte de routeur téléphonique entre Internet et un téléphone ou un système de téléphones sans fil analogiques, les mêmes qu’on utilisait avec un téléphone traditionnel. L’appareil Telo de base coûte environ 129,99$ chez Costco, Bureau en Gros, BestBuy, Walmart, Amazon… mais seulement 109,99$ à http://ca.ooma.com/shop-ca/. Cela prend cinq minutes à installer puisqu’on a juste à le brancher à l’une des sorties réseau d’un routeur et à un téléphone.

Le plus long est la période d’inscription en ligne, de quelques minutes seulement, qui sert à donner ses coordonnées, à choisir un numéro de téléphone local (aucun problème pour trouver un code régional 418 ou 581, par exemple) et à décider du plan de facturation selon les options téléphoniques choisies. À la base, on ne paie que 5$ environ par mois (60$ par année), taxes incluses. On peut s’en tenir là sans problème puisque cela inclut tous les appels au Canada, le relevé des appels, le mode fax, le répondeur téléphonique, le cryptage des conversations et une application Android ou iOS qui permet de recevoir ses messages vocaux et même de téléphoner en zone Wi-Fi avec le même numéro qu’à la maison, ce qui peut être pratique. Le son du téléphone est très bon et je n’ai rencontré aucun problème en un mois d’utilisation.

Les interurbains internationaux sont peu coûteux si l’on rejoint un téléphone fixe, par exemple 2¢/min. pour un fixe en France, mais 20¢/min. pour un cellulaire du même pays, ce qui est par contre très cher, un prix difficile à comprendre. En fait, c’est à peu près le même prix pour rejoindre des cellulaires qu’avec Skype, mais il faut savoir que la même communication coûte 3 fois moins cher avec NetTALK et 5 fois moins cher avec l’application Hangouts Phone de Google qui permet des communications les plus économiques actuellement, à 2 et 4 sous respectivement pour la France. Ooma offre un ensemble d’options supplémentaires avec son forfait Premier qui coûte 10$ de plus par mois. Il inclut les appels illimités aux États-Unis en plus du Canada, une seconde ligne, les alertes de messages vocaux, le transfert d’appels, la conférence à trois et quelques autres options décrites sur le site ca.ooma.com.

Publié dans Atout Micro Techno | 2 commentaires

Babelio, un site et un réseau social pour ceux qui aiment lire

par Danielle Shaw

Ceux et celles qui n’ont pas la chance de pouvoir partager leurs coups de cœur littéraires dans un club local de lecture peuvent maintenant profiter de plateformes littéraires virtuelles, comme Babelio, qui permettent de profiter de suggestions d’autres lecteurs et d’échanger sur les livres. Babelio est l’une des plateformes littéraires disponibles sur le web pour faire part de ses lectures préférées aussi bien qu’émettre une critique au sujet d’un livre qui a déçu. Elle vaut une visite.

bablio

Inaugurée en 2007 par trois amateurs de livres, Babelio est aussi une sorte de réseau social qui permet des échanges avec d’autres lecteurs. Après s’être créé un compte personnel, on y inscrit les critiques des livres qu’on a lus. Elles peuvent ensuite être complétées par d’autres utilisateurs. Selon des données publiées dans un article du journal Le Monde, en juin 2015, Babelio ne compterait pas moins de 30 000 critiques amateurs, à 80 % des femmes entre 25 et 45 ans, dont les points de vue sont consultés par plus de 2,5 millions d’internautes chaque mois.

L’intérêt de Babelio, c’est qu’en plus de la possibilité de se créer une bibliothèque personnelle de ses livres coups de coeur ou coups de gueule, le site permet d’être au courant des nouvelles parutions, de consulter des chroniques littéraires, d’écouter des podcasts, de visionner des vidéos, de profiter de rencontres avec des auteurs, etc.

Plus concrètement, cela permet de savoir, avant d’acheter l’ouvrage convoité, comment les lecteurs ont réagi à sa lecture, d’en lire des critiques, des citations et de faire ensuite un choix éclairé à la lumière de tout ce qu’on a pu lire. C’est également une bonne façon de sélectionner le prochain livre à lire, de garder une trace des ouvrages qui nous ont plu, de découvrir de nouveaux auteurs, d’identifier d’autres livres sur un thème qui nous intéresse. Pour sûr, on peut passer beaucoup de temps sur Babelio si on aime lire…

Autres sites:
Bibliomania : une bibliothèque virtuelle qui recense près de  40 000 éditions et 11 000 auteurs sur livraddict

Critiques libres : un site de critiques de livres et de bandes dessinées

L’Agora des livres : un site pour partager le plaisir de ses lectures

Publié dans Atout Micro Sites Web | Laisser un commentaire

Avec un Nexus, on ne peut pas se tromper

par François Picard

Après cinq ans passés avec trois téléphones Nexus différents, les Nexus S, Galaxy Nexus puis Nexus 5, je suis prêt à continuer avec d’autres Nexus plutôt qu’avec n’importe quel autre appareil. Ces téléphones mis au point par Google sont équipés des dernières avancées technologiques et des dernières versions du système d’exploitation Android. Ils ne comportent pas de compléments de constructeur ou d’opérateur et ce sont toujours les premiers à être mis à jour avec des corrections ou des améliorations. De plus, ils sont déverrouillés par défaut si bien qu’on peut les utiliser avec n’importe quel opérateur ou des cartes SIM de pays qu’on visite en voyage.

Bref! C’est l’idéal pour un prix abordable. À titre d’exemple, on peut encore trouver un Nexus 5 d’occasion certifié chez Koodo pour 252$ (à payer sur deux ans). Ce n’est pas cher pour un téléphone à écran de 5 pouces avec un processeur quadricœur de 2,26 GHz et 16 Go de mémoire. Mais il n’est plus en production, même s’il est encore supporté par Google qui l’a mis sous Android 6 il y a quelques semaines avec des mises à jour mensuelles du Nexus5+disquedursystème d’exploitation fort appréciées, ce que l’on n’a pour l’instant avec aucun appareil autre que les Nexus 5, 5X et 6P. Cela donne un téléphone toujours à la fine pointe de la technologie et de la sécurité. De plus, même si le Nexus 5 ne dispose pas de fente pour carte de mémoire, on peut y brancher un lecteur USB de carte de mémoire, un disque dur externe ou même un disque dur en réseau, ce qui est très pratique.

D’après les analystes, le Nexus 5 est presque aussi bon que le Nexus 5X qui ne ne vaut donc pas la peine qu’on passe de l’un à l’autre. Par contre, il y a suffisamment de différence entre le Nexus 5 et le Nexus 6P pour qu’on fasse le pas si l’on est à même de payer 699$ pour une Nexus 6P de 32 Go ou 749$ pour une Nexus 6P de 64 Go. Le Nexus 6P a l’avantage non seulement d’être plus rapide, mais aussi de disposer des dernières technologies, d’un plus grand écran de 5,7 pouces et d’un capteur d’empreintes digitales qui remplace le code de sécurité à écrire ou tracer. Par contre, son prix n’est plus aussi avantageux que celui des Nexus précédents et c’est probablement une des raisons pour lesquelles Google pense sérieusement à fabriquer elle-même ses prochains Nexus.

Si vous avez la chance de tomber sur un Nexus 5, même d’occasion, cela reste un très bon appareil à acheter et à utiliser en attendant que le Nexus 6P descende à un prix plus abordable ou que Google lance un autre modèle.

Publié dans Atout Micro Techno, Techno Android | 2 commentaires

Sentiers littéraires vers des livres en français pour les enfants

par Danielle Shaw

Qu’on soit parent, grand-parent ou enseignant, on n’a pas toujours le temps de chercher l’ouvrage le plus pertinent à offrir à un enfant, compte tenu de son âge et de ses intérêts.

En fait, il existe une ressource incontournable, le site web Sentiers littéraires, qui permet de se renseigner sur plus de 1 000 ouvrages francophones d’ici et d’ailleurs qui peuvent convenir à des enfants entre zéro et douze ans. Sentiers littéraires a été créé sous l’égide de la Bibliothèque de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval. Les Sentiers littéraireslivres proposés ont été analysés et sélectionnés en fonction de leur intérêt. Pour chaque titre retenu, on trouve un résumé, une citation ainsi que les qualités qui ont contribué au choix de l’œuvre.

Le catalogue est consultable par âge, genre littéraire, auteur, illustrateur, maison d’édition ou année de publication. Sentiers littéraires est né d’une initiative de feu Charlotte Guérette et sa réalisation a été rendue possible grâce à la participation financière du Groupe financier Banque TD. On peut utiliser l’information en classe à condition d’en mentionner la source.

Publié dans Atout Micro Sites Web | Laisser un commentaire